Image Alt

Félichien

Les danger des tiques

La maladie de lyme

Les tiques peuvent transmettre plusieurs maladies. Celle qui est d’intérêt au Québec est la maladie de lyme, transmise par la tique ixodès scapularis.

Le nombre de tiques ixodès scapularis a augmenté de manière quasi exponentielle au cours des dernières années. Autrefois principalement concentrée au sud du Québec, son aire de répartition s’étend de plus en plus jusqu’au nord. D’ailleurs, les diverses cliniques vétérinaires du Saguenay Lac-St-Jean ont constaté une augmentation des tiques et des chiens positifs pour la maladie de lyme.

Les tiques sont transportées au printemps, par les oiseaux migrateurs. Elles se retrouvent principalement dans les herbes hautes (boisé, champs), les buissons et les amas de feuilles mortes, car elles sont sensibles aux extrêmes de température, aux pluies abondantes et à la dessiccation. Les tiques cherchent du sang pour se nourrir dès que la température extérieure atteint 4 °C, donc bien avant les puces. Selon la température, le risque de contracter la lyme peut débuter au Saguenay Lac-St-Jean dès le mois de mars et se prolonger jusqu’au début décembre. Les tiques sont mêmes présentes à l’année dans certaines régions du Québec.

Les tiques grimpent sur des buissons ou des brins d’herbe et se tiennent debout, prêtent à s’accrocher à leur hôte. Généralement, elles se nourrissent et restent en place plusieurs jours. Avant la prise de leur repas de sang, elles peuvent aisément passer inaperçues, car elles mesurent parfois à peine un mm et leur morsure est indolore. Elles sont particulièrement petites quand elles sont au stade de nymphe (mai à juillet).

Chez le chien, la lyme se manifeste  principalement par des problèmes de boiteries intermittentes, d’arthrite, de l’abattement et de la fièvre. Les signes apparaissent généralement 2 à 5 mois après l’infection. Toutefois, la lyme peut également entraîner des problèmes au niveau des reins, du coeur et du système nerveux. Le diagnostic de la lyme chez le chien se fait avec un test sanguin, le snap 4 dx. Il est recommandé d’effectuer ce test de routine, à chaque année, avant de commencer le protocole préventif contre les tiques, car il permet également le dépistage contre le vers du coeur.

Chez l’humain, de trois jours à un mois après la morsure, on note l’apparition d’une rougeur cutanée caractéristique autour de la morsure, dans environ 80 % des cas. Cette rougeur, appelée érythème migrant, peut prendre la forme d’une cible. Par la suite, la lyme peut entraîner le développement de divers signes, quelques semaines/mois, voir des années après la morsure: arthrite, fatigue chronique, maux de tête, dépression, complications cardiaques et neurologiques, etc. Vu que les signes de la maladie de lyme peuvent se développer très longtemps après la morsure et qu’ils peuvent être aisément confondus avec ceux de d’autres maladies, le diagnostic de la maladie de lyme peut être laborieux chez l’humain.

Prévention de la lyme

Il faut enlever les tiques sans tarder. Si elle est enlevée moins de 24h après s’être accrochée à son hôte, il y a très peu de risques qu’elle ait eu le temps de transmettre la maladie de lyme. Pour enlever une tique, prenez une pince à sourcils et saisissez la partie antérieure de la tique (la partie la plus proche de la peau). Il faut exercer une traction constante et perpendiculaire à la peau. Il est important de vérifier que les pièces buccales ont également été retirées. Contrairement à la pensée populaire, il ne faut pas enduire la tique d’alcool/vaseline/autre, brûler la tique ou l’écraser, car cela peut inciter la tique à relâcher les agents pathogènes qu’elle contient plus rapidement. Pour les chiens, vous pouvez également utiliser les crochets à tiques prévus à cet effet. Il est important de conserver la tique pour d’éventuelles analyses et de contacter un professionnel de la santé.Pour réduire le risque d’entrer en contact avec une tique, porter des gilets à manches longues et des pantalons longs dont le bas entre dans les chaussettes. Les vêtements pâles permettent de mieux déceler les tiques. Rester dans les sentiers et éviter les herbes hautes. Faites une inspection minutieuse des zones où la peau est exposée, après vos promenades, ainsi que du pelage de votre chien. Il est important de bien tailler les herbes hautes, sur votre terrain et de ramasser les amas de feuilles mortes. Nous avons effectivement retiré des tiques chez plusieurs chiens qui les avaient attrapées directement dans la cour (même chez de petits chiens de ville!). Vos animaux peuvent ramener des tiques sur votre terrain et infester certaines zones, si les conditions environnementales optimales sont réunies. Toutefois, elles survivent très peu de temps dans la maison, une fois tombée de l’animal, car les conditions à l’intérieur ne sont pas optimales pour leur développement (il n’y a qu’une exception à cette règle; la tique Rhipicephalus peut survivre dans les maisons, mais les cas au Québec sont très rares).
Pour prévenir la transmission de la maladie de lyme chez le chien, plusieurs produits vétérinaires existent sur le marché. Contactez votre vétérinaire,pour qu’il puisse adapter un protocole préventif sur mesure pour votre chien. Il est déconseillé de vous procurer des produits anti-tiques qui ne proviennent pas d’une clinique vétérinaire, car plusieurs ont une efficacité limitée ou peuvent même être toxiques.

Il est fortement recommandé de prolonger les produits préventifs contre les tiques chez le chien dans notre région de mi-avril à mi-novembre. Toutefois, si la température se maintient en haut de 4 degrés pendant plusieurs jours consécutifs, en dehors de cette période, il sera recommandé de vous procurer des doses supplémentaires de produits préventifs.Un chien ne peut pas transmettre directement la maladie de lyme à un humain. Cependant, si la tique ne s’est pas encore accrochée au chien ou si elle n’a pas complètement terminé sa 1re phase d’alimentation, elle peut passer du chien à un 2e hôte (comme l’humain) et transmettre la maladie à ce dernier. Les chats ne sont pas sensibles à la maladie de lyme. Toutefois, un grand nombre de tiques peut être fatal, car vu qu’elles se nourrissent de sang, elles engendrent une anémie par perte de sang (c’est le phénomène qui se produit chez les orignaux). Il est à noter que seule la maladie de lyme a été abordée dans cet article, car c’est la seule maladie d’importance présente actuellement dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Toutefois, si vous voyagez dans le sud du Québec ou dans d’autres provinces/pays, informez-vous sur les autres maladies transmissibles par les tiques, comme l’ehrlichiose et l’anaplasmose.